Club de Bridge de Gembloux
Numéro 2.19o
Bulletin

Bienvenue sur le nouveau site !

0 0 0 0 0 0
Pages viewed in 2021
N°16 - Un peu d'Histoire

Dis Momo, je croyais que c’étaient les anglais qui avaient inventé le Bridge ….

XIVe  :  Les cartes à jouer semblent avoir été introduites du Moyen-Orient en Italie par les marchands vénitiens et lombards ou en Espagne par les envahisseurs arabes.

XVe– XVIe  : Né avec le tarot, le principe de l’atout est adapté aux cartes ordinaires et nommé triomphe. Se répand en Espagne (triunfo), en Allemagne (trumpf) et en Angleterre (french trump :  « triomphe français » Chaque joueur reçoit alors 5 cartes et l’atout est désigné par la retourne.

 XVI-XVIIe : English trump, dit aussi whisk : 12 cartes données à chacun.

1674 : L’english trump codifié devient whist.

1742 : Edmond Hoyle a publié un Petit traité sur le jeu de Whist : « Short Treatise » qui constitue en fait le premier Code de réglementation du jeu et de son éthique. La locution « according to Hoyle » est devenue synonyme de comportement exemplaire.

1750 Le whist est introduit sur le continent, avec les termes « partenaire » (partner) et « chelem » (slam).

1780 Aux Etats-Unis se développe le whist « bostonien » ou « Boston » : enchères par levées.

1810 Apparition de la hiérarchie des couleurs « Le boston de Fontainebleau » : Pique, Trèfle, Carreau, Coeur.

1818 Apparition du Sans Atout  et « Le Quatre-Couleurs du boston de Lorient ».

1834 Lord Henry Bentinck invente le signal High and Low qui consiste à jouer d’abord une haute, puis une basse carte dans le but de couper dès le troisième tour.

1842 Bridge à trois avec un mort (décrit par Deschapelles), contre et surcontre, formes élémentaires d’enchères.

1857 Le premier duplicate aurait été disputé à Londres au Cavendish pour démontrer qu’une équipe formée de bons joueurs pouvait l’emporter sur une opposition plus faible. Les « bons joueurs » ont gagné facilement.

1880 Apparition du bridge, en France puis en Angleterre en 1885 sous la forme Biritch (En Russie on jouait au Vint et au Biritch (Whist Russe) « qui n’existe pas » en russe).

1886 : Création du Whistograph (ancêtre du Vugraph) par Kate Wheelock Prof de Whist

1890 Bridge aux enchères (auction bridge) : l’atout est désigné par le donneur qui peut passer pour déléguer ce choix à son partenaire, bridge-plafond : seul le joueur qui demande la manche marque la prime correspondante mais : Pas de Vulnérabilité ni de Prime de Chelem.

1891 Création de l’American Whist League. Cette ligue deviendra l’American Contact Bridge League début 1930. Robert Frederick Foster invente la 4ème meilleure et la règle de 11

1893 : 1ère Compétition de Bridge

1897 Le Whist Club de New-York crée le 1er Code des Lois du Bridge. Puis il en discute les règles le Portland Club de Londres

XIXe  2 grands joueurs de Whist : James Clay et Henry Jones (pseudo : Cavendish). Cavendish créa l’ancêtre de la 4ème meilleure et les duplicates

1904  F. Roe, crée l’auction bridge dont les règles prévoient de mettre aux enchères la détermination de la couleur d’atout. Auparavant, la dernière carte distribuée était retournée et sa couleur déterminait l’atout. Le Bridge Contrat est né et trouve son plus grand développement aux États Unis et en France où, en 1918, naît le Bridge Plafond. Certains historiens soutiennent que le bridge se jouait à Constantinople lors de la guerre      russo-turque (1877). Un journaliste : O.H.Van Millingen rapporte dans le Daily Telegraph avoir vécu à Constantinople dans les années 1880 où se jouait « un jeu fascinant nommé Britch ». Millingen cite des passages d’une lettre d’un de ses amis, Edouard Grazini, qui écrivait avoir joué au bridge pour la première fois en 1873, à la maison privée du directeur de la Banque de Constantinople. Le bridge a ensuite été joué au Caire, capitale de l’Egypte. De là, il est passé sur la Côte d’Azur sous le nom de Khédive (titre porté par le vice-roi      d’Egypte entre 1867 et 1922), fit son chemin jusqu’à Paris, puis à Londres et fut ensuite exporté aux Etats-Unis. La possibilité de jouer le contrat à l’atout ou sans-atout, le fait que le mort étalait son jeu, l’avènement du contre et du surcontre constituaient alors les principales différences entre le whist et le bridge-whist.

1925 Harold S. Vanderbilt, multimillionnaire américain, donne un vigoureux coup de barre au bridge-enchères et les premières règles sont édictées par un accord entre le Portland Club de Londres, le Whist Club de New York et la Commission Française de Bridge qui étaient alors les organismes les plus compétents pour élaborer ses règlements et ses principes d’éthique  sportive. Il suggère que seules les levées demandées constitueraient le contrat. Ce fut la fin du bridge-enchères au profit du bridge-contrat. 1926 : Fondation de Bridge Magazine : revue anglaise de A. Manning Foster. Lors d’une croisière, La Vulnérabilité aurait été suggéré à Vanderbilt par une passagère qui avait vu son utilisation dans une autre jeu. On n’a jamis su lequel ! Vanderbilt a proposé :

Seules les levées demandées et réalisées seront comptabilisées.

Primes plus élevées selon les contrats

Prime supplémentaire pour les Chelems demandés

Principe des vulnérabilités

1929    Ely Culbertson (Joséphine Murphy) fonde la 1ère revue de Bridge : « Bridge World » et écrit le « Blue Book » puis le « Red Book » puis le « Gold Book »

1931   Ely Culbertson et son épouse Joséphine utilisèrent la psychologie des masses et la presse pour répandre ce jeu dont Ely fixa les règles Avec l’introduction de  la notion de vulnérabilité, le camp qui remporte l’enchère ne marque que ce qu’il a annoncé. Ce  bridge-contrat, beaucoup plus scientifique et compétitif, s’impose dans le monde entier.

Création de la C.F.B. : Commission Française de Bridge : Ancêtre de la FFB

Première Compétition Française : La Coupe de Paris suivi en 1932 de La Coupe de France.

1932  Création de l’I.B.L. International Bridge Ligue 1935 : Création de l’I.B.L.E. : Europe et I.B.L.A : Amérique. Le 1er Code International est écrit en 1932 puis il est remplacé en 1935, 1949, 1963, 1975,1987, 2003, 2007. (Premières règles en 1902 puis 1926, 1er code anglais du Portland 1929)

Premier Code de Bridge de partie libre : 1926-1929

Première épreuve française Dame : La Coupe Fémina crée par le sus-dit journal

Premier Championnat d’Europe Open remporté par la france

1934  Première épreuve Mixte en France : La Coupe du Golfer’s Club

1933   Le 15 Juin, La Fédération Française de Bridge est créée. Le premier président est le Comte de Chamburre. Il y aura 2 compétitions par an : Une en Bridge Contrat et l’autre en Bridge Plafond, avec des sections Dames et Hommes.

1936  William McKenney a mis sur pied le système des points de maître (performance) et Charles Goren a publié Winning Bridge Made Easy la même année. Le premier championnat mondial a été disputé à Budapest en 1937. Goren, qui avait gagné le droit de représenter les États-Unis avec son équipe The Four Aces (Schenken, Gottlieb, Burnstine et O.Jacoby) refusa d’y participer parce qu’on lui demandait d’utiliser le système Culbertson et non le sien. Ely et Jo Culbertson, finalistes, remplacèrent les Four Aces, atteignirent la finale, mais subirent la défaite contre les Autrichiens. Premier championnat du monde remporté par l’Autriche

1937 : Walter Marsalle invente le bridge à 5 couleurs de 13 cartes, la 5ème est  bleue ou verte.

1937  Domination de l’Autriche et de la Hongrie : 1ers championnats du monde                                                         1er Code International de Bridge

1947 : l’E.B.L. European Bridge League est créée à Copenhague

1949 Charles Goren (USA, 1901-91) invente une nouvelle méthode de comptage (Point-count bridge). Après l’essor des enchères « naturelles », succès, dans les années 50, des systèmes conventionnels (trèfles romain, napolitain, monaco, etc), puis triomphe de la « majeure cinquième »

1950 : Création de la Bermuda Bowl par un anglais Norman Bach. Création également des points E.B.L. devenus I.M.P. en 1961

1958 : L’I.B.L. est remplacée par la W.B.F. : World Bridge Fédération

1959 : Naissance de « Le Bridgeur » par Jacques Bauche qui fusionne en 1980 avec « La revue française de bridge »

1960 : Création des Olympiades de bridge par Robert de Nexon à Turin. La France gagne avec : Jaïs-Trèzel, Ghestem-Bacherich et Bourchtoff-Delmouly

1974 : Début du mini-bridge